Accueil boutique / DVD

 /
				RAVACHOL
			

RAVACHOL

RAVACHOL
Un film de Bernard Cerf
Production : Les Productions Aléatoires
Edition Dvd : les mutins de Pangée (2019)
Film : 61mn
+ courts métrages : 81 min
+ reproduction de la Déclaration de Ravachol
Sous-titres anglais
15.00 €
 
"On ne naît pas criminel, c’est la société qui crée les criminels"
Ravachol, figure emblématique et oubliée de l’Anarchie, prônait la propagande par le fait, c’est-à-dire que seules les bombes peuvent changer une société injuste et inégalitaire. Sa redécouverte est indispensable à tous ceux qui veulent comprendre le chemin parcouru de l’Anarchie aux anarcho-libertaires en passant par Action Directe jusqu’à ses nouveaux enfants : les Blacks Blocs. Entre fiction et documentaire, ce film s’interroge sur l’utilisation de la violence en politique et pose la question : les conditions ne sont-elles pas réunies aujourd’hui pour faire naître de nouveaux Ravachol ?

Avec les comédiens
: Pierre Merejkowsky, Dominique Coquard, Ghislain de Fonclare, Emile Cerf, Éric Feldman, Frédéric Tachou, Johan Leysen. Et les interventions de Jean-Marc Rouillan (Action directe), Yves Peirat (groupe Franc-Tireur Partisan) et Ali Kaya (CGT Renault Flins).

Le film est accompagné de 4 courts métrages de Bernard Cerf et de la reproduction de la Déclaration de Ravachol, interdite, lors de son procès le 21 juin 1892. Le Dvd est imprimé en sérigraphie.

Sous-titres
: anglais

LES COURTS MÉTRAGES

- Vers Osviecim (30 min - 2009)
Une visite sous le soleil du camp d’Auschwitz qui nous permet de réfléchir à la notion de tourisme lorsqu’il touche un lieu aussi symbolique et sensible.

- Le brâme du Cerf (5 min - 2002)
Pamphlet politique réalisé entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2002 opposant Jean-Marie Le Pen et Jacques Chirac.

- Avril 99 (7 min - 1999)
Il y a une guerre ailleurs, des gens meurent et je pense à la femme qui m’a quitté.

- Les Nazis ont été vaincus par les armes, non par la raison (40 min - 1997)
Un film sur la violence. Violence politique, sociale, culturelle, familiale. Ce film est un travail sur la durée, une composition en cinq tableaux qui par sa rigidité laisse chacun libre de se positionner. Bernard Cerf parvient à faire surgir un réel autonome, l’intimité d’une violence, de nos violences.